:: Palais :: Dôme de la justice :: M.D.O Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

jour 49 • tu brilles ! • princesse

avatar
Messages : 17
Incarnation
Voir le profil de l'utilisateur




Matière
Incarnation
Mar 30 Aoû - 14:46
Cinquième tour • Avant même que le soleil ne se lève ton hurlement résonne contre la porte en bois, contre le sable, contre le vide du ciel encore noir.
Ta voix, enrouée, s'échappe inlassablement de tes lèvres, tu as envie de savoir. Besoin de savoir. Tu as un monde entier à découvrir, pensée aussi effrayante qu'excitante ; tu t'efforces d'agir au mieux sous la pression de ton esprit qui réfléchit déjà tant. Tu ne sais pas ce qu'est un cerveau, encore moins la conscience, mais tes méninges s'activent déjà.

Huitième tour • Tu as chaud, tu es fatigué, tu as peur, tes yeux souffrent de leur première exposition à un soleil si rude ; tes lèvres s'étirent en un sourire inépuisable face à ces découvertes intarissables. Chaque recoin de rue, chaque personne aperçue est source d'émerveillement et d'une envie de comprendre renouvelée. Ta gorge est peut être un peu sèche, ton ventre un peu vide, mais ce n'est pas de ça dont tu as faim, il te faut explications.

Onzième tour • Ton guide t'amène dans un bâtiment qui te laisse bouche bée. Tes jambes continuent de te porter vaillamment mais elles faiblissent devant une architecture aussi imposante et aussi... Aussi belle. A l'intérieur, on t'explique comment s'organise la vie, que chacun participe pour survivre. Tu aimes cette idée, tu as envie de participer, tu as envie de survivre. Les questions continuent de bouillonner et de résonner dans ton crâne mais tu parviens à ne pas te laisser submerger. Tes mains ne tremblent pas, ton système nerveux n'est pas abreuvé d'adrénaline, tes pensées sont cohérentes. Parfait.


Tes yeux dérivent, s'abreuvent de ces stimuli inconnus. Ils s'arrêtent sur une autre personne debout dans cette salle, qui écoute aussi. S'arrêtent sur sa chevelure qui luit dans l'ombre de la pièce. Elle te rappelle tes yeux, aperçus brièvement en passant près d'un miroir. Te rappelle aussi ces arches que tu as aperçues dans le palais, seules images que tu as de la beauté pour l'instant. Ton regard étoilé ne quitte plus cette douce lumière qui émane de sa tête mais tu n'es déjà plus préoccupé par le charme de cette vision : ce rayonnement est devenu un mystère à percer, une donnée à analyser.

Couper la parole est mal vu, d'après tes observations. Tu ne peux donc que contempler cette énigme à portée de main, incompréhensible. Tes capacités de déduction naissantes, torturées en vain, ne te sont d'aucune aide. Tu écoutes attentivement ce que l'on t'enseigne dans la journée mais cette étincelle revient dans ton champ de vision comme une douleur lancinante.

... est-ce une flamme ? non, je sentirais de la chaleur.
un reflet du soleil ? comme ces... miroirs que j'ai croisé ? non, le soleil ne frappe pas directement ces cheveux. ...

Lorsque la journée se termine tu oses l'aborder, brusque comme un enfant qui n'a pas encore appris la politesse :
— Pourquoi tu brilles ? Ça m'intrigue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Incarnation
Voir le profil de l'utilisateur




Princesse
Incarnation
Mer 26 Oct - 13:12
Je suis sortie de l'hôpital. Quand je suis sortie, je sentais comme un tremblement à l'intérieur de moi, là où ça bat. Il y avait une personne avec moi, qui m'a accompagnée parce que je n'aurais pas su où aller. On est sortis de l'hôpital. On est arrivés dehors. Il faisait très chaud et j'avais mal aux yeux de toute cette lumière. Je regardais le dehors sans oser y aller, et je restais dans l'encadrement de la porte d'entrée de l'hôpital, dans sa petite ombre où je tenais à peine. J'ai regardé vers la lumière qui venait d'en haut et j'ai vu un soleil blanc qui m'a brûlé les yeux je me suis détournée yeux fermés pliée en deux et mains sur le visage quand je les ai retirées et que j'ai ouvert les paupières de nouveau il y avait au milieu un soleil noir
Réminiscence d'un vague souvenir de peur de mourir de peur dans le désert. Une main sur mon épaule.

« Ça va aller, princesse. Ne regarde pas le soleil, ça va t'abîmer les yeux. Et couvre-toi toujours la tête. La M.D.O. est tout près, et t'es pas toute seule, il ne va rien t'arriver. »

On m'avait donné un objet pour me protéger : un foulard. Pour ma tête. Alors, je l'ai posé sur ma tête. Il a flotté autour doucement avant de se déposer contre mes épaules avec un froissement doux. La personne qui m'accompagnait a ri,

« Tu as tout à apprendre, dis ! »

Et a pris le foulard pour le nouer de façon compliquée autour de ma tête. Il restait un pan :

« Avec ça, dit-il en le levant sous mes yeux, tu te protèges le visage s'il y a du vent.
— D'accord. »

Nous nous sommes mis à marcher.

Spoiler:
 

On a marché le long du très beau Palais (c'est ainsi qu'on l'appelle), qui est vraiment immense (on était à l'autre bout du Palais, à l'hôpital : l'endroit où nous allons est de l'autre côté). Le voilà.

« On y est. C'est le dôme de la Justice. Tu dois juste aller à la M.D.O. Ils vont te parler et te trouver un métier. Tu dois avoir un métier, un travail, une activité, enfin quelque chose que tu vas faire tous les jours qui va être utile, tu comprends ?
— Oui ! »

Il me regarde d'un air soucieux, sans se décider à partir.

« Tu... Mouais. Tu trouveras, t'inquiète pas. Allez, petite, salut ! Je retourne à l'hôpital.
— Au revoir, Bou Hmara ! Merci beaucoup ! »

Je me suis tournée vers la aime-dé-eau et j'en ai franchi la grosse porte.


***


Alors, la aime-dé-eau, c'était très intéressant ! Il y avait d'autres personnes nouvellement arrivés, comme moi. Il y avait des Incarnations et des Bénis. Je savais que les Incarnations étaient comme moi (elles venaient de naître) alors, comme moi, elles ne savaient rien faire, ne savaient pas ce qu'elles aimaient, ne savaient pas ce qu'elles pouvaient faire. On m'a vite  proposé de faire de la borderie. Ce sont des dessins, comme ceux que Bou Hmara a faits dans le sable avec son couteau, mais faits sur du tissus avec du fil et une aiguille. Ce n'était pas vraiment ce que j'avais envie de faire. On m'a parlé d'autres choses. On m'a posé des questions, on a répondu aux miennes, on m'a appris des choses sur la vie ici. On m'a faite sortir, visiter la ville, on m'a indiqué où je devrai habiter. J'ai rencontré d'autres personnes, je leur ai parlé. J'ai vu toutes sortes de gens, de visages. C'était très impressionnant.

Maintenant, c'est la fin de la journée. Les gens commencent à partir. Je m'apprête à le faire aussi, je regarde la grosse porte avec une porte plus petite découpée dedans, par laquelle les gens passent. Et puis :

« Pourquoi tu brilles ? Ça m'intrigue. »

Je tourne la tête vers la voix. Sa question me surprend. Elle me rappelle encore une fois la peur que j'ai eue la nuit dernière, quand j'ai été réveillée par le Docteur ; je sens que là où ça bat, ça bat plus fort et ça s'accélère. Je tourne la tête vers la voix, mais je vois à qui elle appartient. Il a la peau très sombre couverte de petits points brillants, ses yeux contiennent chacun un gros point brillant. Il est très beau. Je l'avais remarqué, mais je n'avais pas osé le détailler. Je souris un peu :

« Je ne sais pas, mais c'est une bonne question ! Tu n'es pas le seul à te la poser (oh ça, non ! Encore que toi, tu me la poses quand je suis réveillée) Et toi, alors ? Pourquoi tu brilles ? »

_________________
#ff3399
Revenir en haut Aller en bas
jour 49 • tu brilles ! • princesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Résolu]Mis a jour impossible avec Antivir
» Spécial réveillon du jour de l'An
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» Mises à jour des logiciels du pack
» antivir périmé, mise à jour KO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Palais :: Dôme de la justice :: M.D.O-
Sauter vers: