:: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The disenchantment is beginning with this rebirth •• Jour 88 {Wito ♥}






Invité
Invité
Dim 24 Juil - 22:47
The disenchantment is beginning with this rebirth
Ces quelques empreintes de pas décorant la virginité du sablé de cette vaste étendue désertique en un sillon ondulant avec grâce, ornée d'une traînée de plumes crépusculaires dont le rougeoyant déchirait ardemment le sablonneux de ces imposantes dunes à la surface traîtresse. La porte traversée, te voilà subissant la puissance des éclats des rayons de l'astre de feu. Il se plaisait à étendre sa chaleur oppressante sur la presque infinité de ce désert. Une aile élevée au-dessus de ta tête, la faisant ainsi profiter de cette éphémère fraîcheur de son ombrage, tes jambes s'élançaient avec difficulté, te portant spontanément au loin, tentant d'atteindre cet horizon si lointain.

En quête d'une quelconque oasis, une poignée de perles de sueur traça lentement son sillon du sommet de ton front. Le satin de ton épiderme affaibli par l'ardeur de la chaleur perdit de son éclat. Désormais terni, un air presque maladif déchirait chacun des traits de ton visage. La hâte pouvait également se lire sur ton faciès, celle de parvenir à une oasis tant appréciée. Tes prunelles se plissèrent sous le poids d'une telle aridité, luttant contre la lourdeur de l'air si opprimante.

La noirceur d'une silhouette prit la décision de se dessiner progressivement au loin, désormais discernable à tes prunelles légèrement rougies par l'ardeur de l'orbe de feu. Davantage précise au fur et à mesure de ta lente avancée s'enlisant de temps à autre au creux du brûlant de ce sable fin, une chevelure azurée égaya la lueur perdue du cendré de tes deux iris. Quel agréable visage à contempler, tes prunelles se dilatant presque sous ce soleil de plomb. Il semblait également abasourdi par la puissance de cette chaleur. Puissiez-vous finir par soulager la douleur de vos gorges asséchées par la douce saveur du liquide de vie ...
Feat Vito ♥
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Lun 25 Juil - 0:14
Du sable. Beaucoup de sable. Trop de sable.

Il ne déteste pas le sable, pas vraiment. Il s'est déjà rendu sur une plage en Ligurie et il a beaucoup apprécié y jouer, que ça soit en pleine journée pour souhaiter la bienvenu à la brise maritime ou le soir pour accueillir la déesse de la nuit. Oui, il avait énormément aimé y jouer. Qui n'aimerait pas jouer dans un décor si ce n'est les imbéciles et les aveugles ? Oh, sûrement cet imbécile de Geronimo. Oui, lui ne devait pas savoir apprécier un tel régal sensoriel. Imaginez jouer pendant que le vent déposes ses tendres caresses, que l'eau clapote joyeuse pour nous attirer dans ses vagues joueuse, que le soleil nous enlace précieusement dans ses bras chaleureux ou que la lune nous nimbe de son auréole argenté en nous laissant entrevoir la magnificence de l'eau la nuit.

Ô douce plage, que ne donnerait-il pas pour te revoir ? Rien. Il donnerait tout pour rejoindre dans cet environnement poétique. Sauf son talent. Et son violon. Personne ne lui prendra son violon. Personne.

Un grain de sable agressif le rappel à l'ordre. Comment une plage peut-être si belle d'un côté et si violente de l'autre ? D'ailleurs, ne faut-il pas de l'eau pour oser porter le nom de sable. Où ? Où est l'eau ? Ce n'est pas une plage. Alors qu'est-ce ? Par la déesse de la nuit, ce morceau de papier était à ce point mensonger ?! Et tout ce sable bon sang, il ne parvient presque plus à respirer tant le vent sablé est violent. Le sable volant s'insinue partout, il ne parvient pas à ouvrir les yeux et à chaque pas il a l'impression qu'il va se heurter à un mur ou s'étaler sur le sol. Il ne voit rien, pourtant sa vue va bien, il le sait. Non, c'est ce vent, ce sable.

Le violoniste sert son violon, son âme, contre lui avec son archet et se décide à avancer les yeux fermés. Littéralement. Il est bien trop occupé à protéger son instrument pour penser à son visage.

Chaud. Trop chaud. Milan n'était pas la ville la plus fraiche, il est habitué à la chaleur. Il se rit de la chaleur et se complais dans les rayons de l'astre rougeoyant. Mais ça. Cette chaleur. C'est incomparable. Il à l'impression de fondre, il sent cette agaçante transpiration s'écouler de son cou à son dos. Il sait que son visage devient de plus en plus poisseux, en plus de souffrir de ce sable.

Il avance pourtant. Un pas devant l'autre, droite, gauche, tout droit, il n'en sait rien. Il marche. Il tombe. Jure et se relève. Il marche. Encore et encore, jusqu'à tomber une seconde fois. Jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il pourrait boire le Po en entier. Oh et ce sable bon sang ! S'il a abîmé, ne serait-ce qu'un peu, son violon, il lui fera payer. Peut importe comment. En faisant un autre vœu peut-être. Un vœu ! S'il tenait l'auteur de cette idiotie ! Et comment a-t-il osé croire à ça. Comment. Pourquoi.

Vito pleure. Il ne s'en rend pas compte immédiatement et s'imagine que c'est de la transpiration, mais non, c'est salé.
Vito pleure comme s'il venait de perdre son archet.
Vito pleure comme s'il était blessé.
Vito pleure comme toute personne triste.
Vito est en colère, il est loin d'être triste. Il devrait serrer les dents, enfoncer son poing dans le sable, maudire ciel et terre. Pas pleurer. Pourquoi pleurer s'il n'est pas triste ? Anormal, mais c'est peut-être des larmes de colère. Oui, ça doit sûrement être ça. Des larmes de colère.

Du sable à en perte de vue.
Un vent à en couper la vue.
Une chaleur digne d'un four.
Une soif intarissable.

Il veut jouer, il doit jouer. Jouer est la solution à tout. Ha ! Comment pourrait-il jouer dans ce désert et avec tout ce sable ?! Non, trop risqué pour le violon. Il ne doit pas être abîmé. Il sourit joyeusement et se prépare à se remettre en marche.

Joyeusement. Un sourire joyeux alors que la colère enserre notre cœur. Ce désert à tout détraqué.

Une ombre. Une ombre se dessine doucement au loin. Ou proche, il ne parvient plus à mesurer les distances avec ce sables infernal. Oui, c'est bien un corps qui se détache peu à peu. Encore quelque pas et tu pourras presque dessiner la forme de son visage. Si tu en avais l'envie. Interessant comme la chaleur fait divaguer, ou la soif peut-être, mais l'étranger semble pourvu d'oreille pointu. Personne ne peut avoir les oreilles pointu, c'est absolument impossible.

Aussi impossible que ce sable, cette chaleur et cette soif.

Trop de sable, trop de soleil. Trop de tout. Il voudrait maudire la terre entière et il le ferait s'il n'avait pas peur de manger du sable. Et s'il n'avait pas un sourire scotché sur le visage. Heureux sans l'être, belle ironie.

Malgré cette chaleur, malgré ce sable, malgré ce tout, le jeune homme agite la main pour faire signe à la silhouette. Pas longtemps, il faut protéger le violon. Il vient du grand Stradivari lui-même, c'est impensable de l'abîmer. De toute façon, qui abîmerait son âme.

Oh cette chaleur, si seulement l'étranger pouvait avoir de l'eau. Même une goutte.

Revenir en haut Aller en bas
The disenchantment is beginning with this rebirth •• Jour 88 {Wito ♥}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Résolu]Mis a jour impossible avec Antivir
» Spécial réveillon du jour de l'An
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» Mises à jour des logiciels du pack
» antivir périmé, mise à jour KO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Corbeille-
Sauter vers: