:: Proposition :: Les grandes lignes :: Les incontournables Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contexte

avatar
Messages : 165
PNJ
Mer 6 Juil - 0:04
Contexte


Le commencement
Et si on vous offrait la possibilité d'exaucer votre vœu le plus cher ? Non, sérieusement. Tant qu'il est égoïste et ne concerne que vous, nous le réalisons. Pour cela il suffit de vous prémunir de ce papier et de vous rendre à l'adresse ci-jointe. »

Trop beau pour être vrai ? Vous ne croyez pas si bien dire. Et si en passant la porte, cette porte, il était trop tard ? Et si on vous l'exauçait ? Et si le prix à payer était plus lourd que vous ne l'imaginiez ?

Parce que ce que vous n'aviez pas vu, avant. Mais maintenant vous l’apercevez à présent, ce tout petit nota bene en bas de votre feuille :

« Le prix à payer diffère selon le vœu exaucé. »

Vous n'y songez pas pour le moment, parce ce qu'il y a plus urgent. Vous ne savez pas où vous êtes.

Lorsque vous vous retournez il n'y a rien ou presque. Une porte, cette porte que vous venez de traverser qui tient seule, au milieu de nulle part.

Vous ne voyez pas grand-chose, parce que le vent est fort et que le sable vous fait cligner des yeux. Il vous faut alors traverser une longue étendue désertique, la bouche fermée, un bras sur le front pour empêcher le sable de rentrer dans vos pupilles grandes ouvertes.

Et puis, finalement, vous la voyez. La Perle. L'oasis que vous espériez tant depuis quelques temps déjà alors que le soleil avait fini par vous craqueler la bouche et la peau. Une ville aux murs blancs et aux toits dorés, protégée dans un écrin rocheux. Assoiffé et délirant vous courez avec le peu d'énergie qu'il vous reste. Une certitude en tête :

Il y doit bien avoir quelqu'un qui saura vous expliquer. Et de l'eau ! Surtout de l'eau.   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Mer 6 Juil - 0:52
Le vœu
Elle me regarde, une expression indéchiffrable sur le visage, son si beau visage… J'inspire difficilement, humidifie mes lèvres. Elle me propose de l'eau avec une louche en bois grossièrement taillée. Je refuse de la tête. Elle soupire. J'expire. Elle est si belle...

- Comment tu t'appelles ? Me demande-t-elle la voix étrangement éraillée. Je lui réponds, abasourdi :

- … Je… J'ai oublié.

Elle m'adresse un sourire encourageant, je le lui rends.  Elle continue :

- Ce n'est pas grave... Qu'est-ce que tu as souhaité ?

Je fronce les sourcils, semblant ne pas comprendre. Elle lève les yeux au ciel et dieu, même son agacement est adorable ! Mais il y a toujours sa voix. Désagréable et criarde. Peut-être est-elle malade ?

- Si tu es là c'est que tu as formulé un vœu, non ?

Je hoche la tête, penaud et farfouille nerveusement ma poche pour lui tendre mon papier. Sa voix ! Bon sang ! Comment une aussi charmante créature pouvait avoir une voix aussi … laide ?

- Je ne sais plus. Je ne sais plus.

J'inspire difficilement, son regard, son si merveilleux regard me transperce comme s'il savait… Tout. Une  lueur de compréhension s'allume, soudainement dans mon esprit. Oui. Je crois que je sais.

- Je sais tout.

Ma bouche formule avant que je n'ai le temps de comprendre ce que je voulais dire. Elle hoche la tête et réclame :

- Montre-moi ton contrat. Ton papier, celui qu'ils t'ont donné.

Elle commande et j'obéis, sa voix me vrille les tempes douloureusement. Le silence s'installe. Elle lit dans le silence. Je la contemple dans le silence. D'un coup, la sublime créature me redonne le papier et tapote un morceau de phrase que je n'avais jamais remarqué avant.  

- Lis.

Je hoche la tête :

« Souhait : La connaissance universelle.
Prix payé : Mémoire épisodique.
Nom du bénéficiaire : X »

Ce qu'il y a de pire c'est que je sais. Je comprends à cet instant précis qu'on m'a volé mes souvenirs. Qu'on a tout effacé et que je ne serai plus capable de me remémorer cet instant quand trop de jours, d'heures auront passé. Je pouvais calculer exactement le temps qu'il me restait avant de perdre définitivement ce souvenir. J'en étais persuadé. Je n'avais plus de nom, si on m'en a donné un, je n'arrivais pas à me souvenir. J'avais l'impression qu'on m'avait volé mon identité et je ne serai jamais plus, puisque mes expériences passées ne pourront plus jamais me guider. Me prémunir du danger. Je n'existais plus que par je et moi. Mais il y a ce savoir, en moi. Je réfute alors :

- C'est impossible. Je le sais.

Elle secoue la tête et son sourire s'étiole, comme mes protestations. Elle me répond :

- Puisque je suis là et que tu es là ce n'est pas impossible. C'est vrai. Ils exaucent les vœux, mais ils prennent toujours quelque chose, toujours.

Sa voix. Dieu, sa voix ! Je demande :  

- Et toi ? Qu'est-ce que tu as souhaité ?

Elle esquisse un sourire, mais ce sourire là m'a transpercé le cœur.

- Je voulais être belle. Et je suis belle, incroyablement belle. Mais écoute ma voix et tu comprendras ! Ce qu'ils m'ont pris c'est ma voix. Et jamais je ne pourrai rendre ce qu'on m'a offert. Jamais.

Elle s'est levée. Elle est partie.

J'ai oublié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Mer 6 Juil - 1:26
Les Incarnations
 
Note 24 :

Il y en a d'autres qui arrivent, souvent après l'apparition d'un nouveau. Au même point, près de la Porte. Sauf qu'ils ne sont pas comme nous, parfois ils nous ressemblent comme deux gouttes d'eau, mais ils sont différents. Je le ressens au plus profond de moi. J'en ai questionné un, il m'a dit qu'il ne savait pas qui il était. Il m'a dit qu'il ne savait pas ce qu'il était. Il ne semblait pas connaître les mots les plus courants, avait du mal à aligner un pied devant l'autre. Quand je lui ai demandé son nom, il m'a dit qu'il s'appelait « Sourire ».

Note 25 :

Sourire semble s'être acclimaté à la vie, même si parfois j'ai l'impression que c'est la vie qui s'acclimate à lui. J'ai remarqué qu'il avait toujours un sourire sur les lèvres, peu importe ce qu'on lui demandait ou ce qu'il regardait. Quel étrange garçon.  

Note 26 :

Je lui ai demandé « Qu'est-ce qui te rends si heureux, Sourire ? », il m'a alors répondu : « Je ne sais pas ce que c'est « heureux. » Toujours un sourire sur les lèvres.

Note 27 :

Chzek eklzal elml elnd e,o.


Note 28 :

Il ne sait ni lire, ni écrire. De toute évidence, il semble agir par mimétisme, comme s'il apprenait en me regardant faire.

Note 29 :

Sourire semble particulièrement apprécier Ariel. Ou peut-être pas, j'ai du mal à comprendre ce qu'il aime et ce qu'il déteste puisqu'il ne semble jamais très sûr lui-même. Quand elle nous rend visite son visage s'illumine plus encore. Peut-être que je lui demanderai ce qu'il apprécie tant chez elle ? Sa voix de harpie m'effraie un peu, mais lui ne semble jamais s'en préoccuper.


Note 30 :

Quand je lui ai demandé ce qu'il trouvait à Ariel, il m'a dit qu'il pensait qu'il l'appréciait. Je lui ai alors demandé s'il était amoureux d'elle, espérant alors découvrir s'il était capable de ressentir et d'aimer, comme nous tous. Sourire m'a alors demandé ce que cela signifiait d'être amoureux. Bien entendu, s'il n'avait aucune idée de ce qu'était le bonheur et les émotions, il ne pouvait pas savoir ce que c'était.


J'avoue que j'ai eu du mal à lui expliquer et peut-être que mes explications étaient trop confuses et qu'il n'a pas réellement compris, parce qu'il m'a répondu :

« Alors celui que j'aime ce n'est pas Ariel, mais toi Archimède. »

Quand je lui ai demandé ce qu'il aimait le plus chez moi, il m'a rétorqué, maladroit dans le choix de ses mots :

« C'est parce que tu as besoin de moi. »

Je lui ai encore une fois demandé pourquoi est-ce qu'il pensait ça. Sans me répondre il m'a alors demandé:

« Pourquoi tu ne souris jamais, Archimède ? »


Et j'ai compris.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Demande d'avis sur mon contexte One Piece
» [Basil] Demande de mise en page
» context menu strip
» Page d'accueil forum One Piece RPG [SeLfde4Th7]
» •• Contexte et FAQ ••

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Proposition :: Les grandes lignes :: Les incontournables-
Sauter vers: