:: Proposition :: Registre :: Prédéfinis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bénis [3/5]

avatar
Messages : 165
PNJ
Sam 16 Juil - 21:40
Ariel
▪ Feat : Inoue Orihime - Bleach
▪ Âge du personnage:19 ans
▪ Groupe : Bénis
▪ Jour de départ :14/02/1992
▪ Jour d'arrivé : 5e jour
▪ Signe particulier :Rien si ce n'est sa voix
▪ Métier sur Terra :Cheffe des Marcheurs
▪ Guilde:Exploration
Bénie
Son vœu: Ariel désirait la beauté. Ariel voulait séduire et charmer quiconque poserait son regard sur elle. Alors elle est devenue belle, oh oui si belle ! Chaque personne qui pose son regard sur elle voit l'exact représentation de leur « canon de beauté » féminin.

Restriction: Son prix? Sa voix. Ariel avait une jolie voix autrefois, qui chantait des petites comptines et des chansons d'amour douces.  Aujourd'hui, elle en est incapable, car quiconque l'entend souffre irrémédiablement. Sa voix prend les intonations et les accents que son entourage déteste le plus. Ça peut être différent selon son interlocuteur, mais tout le monde est unanime. Ariel a la pire voix de tout Terra.  



Détails
Ariel, de son vrai nom Carol Jenkins était américaine et vivait dans une petite ville de l'Indiana. Elle est née avec une tache de naissance s'étendant de sa pommette gauche jusqu'à son menton et cela l'a toujours complexé. Si sa famille était aimante, les moqueries et les injures eurent cependant raison d'elle. Depuis, Ariel n'a eu de cesse de rechercher la perfection. Elle voulait la beauté, alors elle choisissait ses vêtements avec soin, appliquait du maquillage, essayait de suivre la mode, sans jamais se satisfaire du résultat. La génétique aidant, en grandissant, son corps était devenu pulpeux, voire rond. Alors de régime drastique en crise de boulimie, Ariel essayait de changer. Plaçant la superficialité au-dessus de tout. Elle était persuadée qu'elle finirait par trouver le bonheur au fond d'un pot de crème amincissante ou sur le bout d'un rouge à lèvre hors de prix. Ariel passait tellement de temps à s'occuper d'elle qu'elle n'avait pas le temps d'aimer ou de remarquer quiconque. Elle avait l'égoïsme d'une reine de Saba et la détresse d'une malade en phase terminale… Si bien que lorsqu'elle a reçu le prospectus, elle n'a pas hésité une seule fois.

Figure incontournable de Terra, c'est Ariel qui a créé les Marcheurs et c'est elle encore qui prenait en charge les nouveaux venus. Pendant longtemps, elle était l'une des seules qui arpentait le désert pour récupérer les nouveaux à la porte. Forte et indépendante, en apparence, Ariel n'est pas moins fragile et encore meurtrie par le sort. Sa voix lui manque et elle commence seulement à comprendre que la beauté ne fait pas tout, mais comment s'y résoudre alors qu'on a passé toute une vie à la chercher et l'obtenir ?  
disponible



Sourire
Sourire est un gentil garçon. Sourire est une Incarnation. Sourire est le seul qui accepte sa voix et qui ne lui fait pas de remarque. Mais Sourire est amoureux d'Archimède. Si c'est de l'amour qu'elle ressent alors il est à sens unique et douloureux, mais il ne doit jamais le savoir. Jamais.



Archimède
Archimède est le grand amour de Sourire et c'est bien à cause de lui qu'elle ne l'apprécie guère. Pourtant, elle essaie, très fortement, mais quand elle surprend certaines conversations qu'ils ont entre eux, elle n'y arrive pas. Ce qu'Ariel méprise, c'est, justement, le mépris d'Archimède. S'il ne peut plus sourire, il a tout de même sa compassion et son tact, non ? Pourtant, il n'est jamais délicat, avec personne. Surtout pas avec Sourire. Pis, il ne semble jamais désolé et, surtout, repousse impitoyablement Sourire comme s'il n'était pas capable de souffrir ou d'aimer. Comme s'il refusait de le traiter comme un être et s'entêtait à ne voir en lui qu'une Incarnation et rien d'autre. Et pourtant, il feint l'affection et ose même vivre avec lui. Ariel sait et est même persuadée qu'il ne rendra à Sourire jamais son amour et que son propre amour ne trouvera jamais sa place dans le cœur de l'Incarnation. Alors elle blâme Archimède et lui seul et se plaît à imaginer qu'elle aurait tout donné pour que Sourire devienne son incarnation à elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Lun 18 Juil - 14:01
Archimède
▪ Feat : Todoroki Shouto – Boku no Hero Academia /!\ certaines images font assez jeunes et du coup ne sont pas adaptées
▪ Âge du personnage:28 ans
▪ Groupe : Bénis
▪ Jour de départ :21/11/2015
▪ Jour d'arrivé : 4e jour
▪ Signe particulier : Brûlure au niveau de l’œil gauche, et aussi sur le torse et sa cuisse droite. Son œil gauche est en verre. Ses cheveux sont blonds au naturel, à vous de trouver une explication pour ses cheveux en deux teintes c:
▪ Métier sur Terra :Médecin/Chercheur
▪ Guilde: Exploration
Béni
Voeu: Archimède ne voulait plus souffrir, il ne voulait plus être triste à en crever alors il a souhaité le bonheur. Il n'est plus capable de ressentir la tristesse ou d'en être tourmenté. La dépression ? Finie, envolée !
restriction:
Cependant, il n'est plus capable de sourire. Ce n'est pas qu'il n'est pas capable de ressentir de la joie, même si parfois la joie qu'il ressent lui paraît un peu artificielle, mais il n'est plus capable d'esquisser. D'éclater véritablement de rire. S'il se force à sourire, ses lèvres se tordront maladroitement… Et quand il rit, paradoxalement cela ressemble à un sanglot puisque sa bouche se tord à l'envers. Il a du mal à reconnaître la tristesse chez les autres et si un malheur lui arrivait, il ne serait même plus capable de pleurer consciemment.



Détails
Archimède s'appelait Théodore Bonville et habitait à Monaco et a toujours eu une vie agréable. Chirurgien habile, il avait rencontré sa femme, Adeline, pendant son internat de médecine. Elle souhaitait devenir pédiatre. Sérieux, soigné et consciencieux, il était apprécié par ses confrères. Il n'en était pas moins un homme agréable et calme, qui, même s'il manquait parfois d'énergie et d'entrain, aimait la vie. C'est même pour cela qu'il avait décidé de devenir Chirurgien, pour essayer de réconcilier l'humain et la vie à grand coup de suture. Une noble cause pour un bel idéaliste, qui dégageait pourtant plein d'assurance. Son Adeline était tout ce qui lui manquait. La spontanéité, un optimisme à toute épreuve, de la malice et des yeux rieurs... Il se maria rapidement avec sa compagne à 26 ans. Un an de vie commune et de bonheur plus tard, un incendie meurtrier finira par ravager leur maison de campagne et le cœur de Théodore dans le même temps.  

Sa femme et son unique enfant périront dans les flammes tandis que l'homme en ressortira vivant mais gravement blessé, sa peau ayant été brûlée à plusieurs endroits et son œil gauche salement atteint. Alors pendant un an il a vécu dans une chambre d'hôpital. On lui parlait de greffe de peau, on lui disait qu'il pouvait reprendre une vie normale, ou presque, qu'il ne devait pas s'en faire. Mais rien n'y faisait. Il était devenu apathique. Inconsolable. Le sourire de sa femme lui manquait, la nuit, il rêvait qu'elle revenait ou parfois revivait encore et encore le même drame... Théodore ne vivait plus vraiment, refusait de s'alimenter. Il n'exerçait plus et puis de toute façon, à quoi bon ? Théodore en était venu à détester la vie.

Il avait fini par faire son deuil et suivait une thérapie auprès d'un psychiatre sans réellement espérer aller mieux. Il disait qu'il ne lui restait plus rien. Plus rien à part une immense peine et trou béant dans le cœur. Et puis, il a reçu le prospectus. Et il est arrivé sur Terra.

Archimède est curieux et, maintenant que la tristesse a quitté son cœur, il a retrouvé l'envie de travailler et de se mêler aux autres, même si c'est un bien grand mot. Pragmatique et autoritaire il arrive à concilier sa double profession sans trop de problèmes. Toujours calme, il arrive à raisonner dans les pires situations ce qui fait qu'on peut aisément se reposer sur lui. Sa condition le fascine, si bien qu'il essaie parfois de sourire devant son miroir en murmurant des « fascinant ».

Il aime étudier les autres, les comprendre, les décortiquer pour essayer de les comprendre comme on le fait avec les organes des gens. Sa tristesse ne lui manque pas, même si dans certaines situations son comportement paraît inapproprié, il ne sait tout simplement pas feindre la contrition. Il a du mal à nuancer ses propos et sa franchise blesse, même s'il ne s'en rend pas compte, et même si c'est le cas, il a du mal à être désolé. Les incarnations le fascinent, même si certaines le mettent mal à l'aise.  
 
indisponible



Sourire
Sourire fait partie de ces Incarnations qui le rendent mal à l'aise, même s'il éprouve de l'attirance et de l'affection pour lui. C'est bien là tout le problème. Archimède est persuadé que ces sentiments résultent de sa restriction et du fait qu'il sa propre Incarnation. Même si la situation est fascinante pour lui, elle n'en est pas moins étrange. Il essaie de mettre de la distance entre eux, mais il finit toujours par éprouver l'envie de voir le sourire de Sourire. De plus, il a du mal avec la personnalité de Sourire, parce qu'elle ressemble à celle de sa défunte femme, même s'il est différent et il en a conscience. Il aime l'avoir dans les pattes, parce qu'il l'égaie à sa manière, mais parfois les conversations qu'il a avec lui l'épuise. Il aime lui expliquer la vie, ce qu'il déteste, c'est son incompréhension et son entêtement concernant certains sujets. Il a du mal à prendre au sérieux les déclarations énamourées de Sourire d'autant plus qu'il est et semble si jeune et parfois, ils se disputent à ce sujet. 



Ariel
Ariel ressemble trait pour trait à sa défunte femme et lorsqu'elle s'exprime avec sa voix désincarnée, il a l'impression de voir son fantôme et il déteste ça. Il a bien compris que son vœu fonctionnait ainsi et qu'elle ne faisait que refléter son idéal féminin, mais parfois, il a peur de retrouver la tristesse s'il reste à ses côtés trop souvent. De toute façon, Ariel semble le détester et il ne sait pas ce qu'il a fait pour mériter son animosité. Du coup, ils s'évitent, mais sont obligés de se côtoyer à cause de Sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Lun 18 Juil - 21:44
Waldo
▪ Feat : John "Soap" Mactavish  - Call Of Duty
▪ Âge du personnage: 35 ans
▪ Groupe : Bénis
▪ Jour de départ :11/06/2003
▪ Jour d'arrivé : 6e jour
▪ Signe particulier : Nombreuses cicatrices dû à son passé de militaire.
▪ Métier sur Terra :Forgeron
▪ Guilde: Métallurgie
Béni
Voeu : Le vœu de Waldo était simple. Il aurait pu obtenir tout ce qu'il désirait, mais le sien peut être surprenant de simplicité. Il voulait partir loin sans jamais se retourner. Quitter l'Enfer, plus exactement. Son vœu le plus cher était de quitter Abou Ghraib. Sans ce fichu bout de papier, qui sait ce qu'il aurait été obligé de subir et faire subir ? Pourquoi ? Parce que la désertion était sévèrement punie et il ne voulait surtout pas se retrouver à la place des prisonniers. Alors il voulait se tirer et il s'est tiré.
Restriction: Waldo n'a plus de sens de l'orientation. Il est incapable de distinguer le sud, l'est et l'ouest, ni de se rendre seul à un endroit, même avec des indications précises. Un bien mince tribut, selon lui, assez handicapant finalement pour un vétéran comme lui. Mais depuis qu'il a trouvé Atlas dans le désert, il s'en fiche un peu. Il peut la traîner avec lui, même si elle râle souvent.



Détails
Waldo était le sergent première classe Scott Jacoby Burrows, ancien marine qui a servi pendant la deuxième guerre du Golf, en Afghanistan. Il était rentré au pays et avait décidé de reprendre l'entreprise familiale et donc de prendre sa retraite. Le destin en a voulu autrement, c'est le 11/9 qui l'a convaincu de reprendre du service en Irak et puis, il était dans les réservistes. D'une manière, il aurait été obligé de servir de nouveau. Mais non, ce qui est important, c'est qu'il a pris la décision seul, motivé par de sombres idées de vengeance.

En effet, le Sergent Burrows a toujours été un homme profondément fier d'être américain, convaincu jusqu'au bout de la légitimité des actes des forces armées. Naïf ? Idéaliste ? Sans doute. C'est un homme de principe, un peu bourru et bagarreur , mais bon. Alors quand sa jeune sœur est morte dans le Wall Street Center, il n'avait eu qu'une envie, reprendre du service et combattre l'ennemi.

Arrivé en Irak, pourtant, il a vu un autre visage de la guerre. Oh, bien sûr, il avait survécu à de nombreux combats et mettre un terme à la vie d'un autre au cours d'une bataille ne le dérangeait pas. Non. Ce qui n'allait pas ? Abou Ghraib. Cette prison située dans la ville portant le même nom, non loin de Bagdad, c'est l'Enfer, le Purgatoire et une putain de connerie. À peine arrivé qu'il a déjà assisté à des scènes d'humiliations, de tortures innommables. Si on lui demande aujourd'hui qui étaient les responsables de cette horreur, il répondrait volontiers que tout le monde l'était. Du président au troufion de base en passant par la CIA. Même lui.

Quelques jours après son arrivé, on lui a demandé de frapper jusqu'à l'évanouissement un détenu. Ordonné, même. Ils prétendaient que cela faisait partie du processus. Que les interrogatoires commençaient comme ça. Comme s'il était assez con pour avaler ces conneries ? La première fois il a refusé. Ils ont invoqué la cours martiale. Il a refusé, encore. Ils l'ont placé en isolement. Dans une pièce éclairée 24 heures sur 24… Pendant sept jours. Une technique de torture qu'ils pratiquaient sur les autres prisonniers. Ils l'ont laissé ressortir, meurtri psychologiquement, mais pas vaincu. Il en fallait plus pour l'avoir. Il a regagné sa chambre sous les regards moqueurs de certains de ses « collègues ». C'est en préparant son paquetage, pour déserter sur l'heure qu'il a trouvé le prospectus. L'adresse ? Des chiottes du complexe carcéral. Très franchement, il pensait à une blague et puis, il a essayé, pour voir.

Il était arrivé sur Terra. C'est une certaine Ariel qui l'a trouvé. Au début, il pensait qu'il avait trouvé une sortie de secours qui menait tout droit au trou du cul du désert d'Arabie. Mais en voyant La Perle, il a vite changé d'avis.

Il a aidé les arrivants à s'installer et c'est lui qui est à l'origine des guildes. Enfin, c'est lui qui a insufflé l'idée à l'Empereur. Il a très vite décidé d'occuper la forge, ayant grandi dans une famille de ferrailleurs, le métal, il connaissait un peu mieux que tous les ploucs, enfin Bénis, réunis. C'est lui qui a retrouvé Atlas et qui lui a même offert un nom pendant qu'ils refaisaient le chemin de l'écrin jusqu'à la perle lui et l'un des gars qui travaillait dans la même guilde, parce que laisser un Waldo seul dans le désert est une mauvaise idée. L'idée même avait été insufflé par l'Empereur et il n'est pas mécontent d'avoir accepté.

On lui a proposé le rôle de chef de la guilde de la Métallurgie, mais il aurait refusé.  
disponible



Atlas
Atlas, c'est ce petit bout de nana qu'il a trouvé dans le désert. Une gosse au caractère bien trempé qu'il respecte et apprécie. Il se fiche carrément de savoir si c'est une gazelle, une incarnation ou une bénie comme les autres ploucs les appellent. S'il n'est pas très très social de base, il a quand même le don pour dénicher les cas et s'entourer de gens qui il peut compter. En attendant, il lui apprend le métier, ils partagent une bière de cactus ensemble le soir, elle a la décence de l'amener chez lui, même, histoire qu'il ne se perde pas en route. Parce qu'avec son sens de l'orientation de merde, il serait capable de se retrouver une nouvelle fois en Irak.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Mar 19 Juil - 12:07
Moi
▪ Feat : Sphinctus Carmen – MAGI: The Labyrinth of Magic
▪ Âge du personnage: 18 ans
▪ Groupe : Bénis
▪ Jour de départ : -28 (av jc) uniquement pour les bénis
▪ Jour d'arrivé : 13e jour
▪ Signe particulier : a souffert du syndrome de canitie subite avant son départ. Probablement.
▪ Métier sur Terra :Encyclopédie vivante
▪ Guilde:Exploration
Béni
Vœu :
Moi voulait la connaissance universelle. Il voulait tout savoir sur tout, absolument tout. Il a dans sa tête tout un tas de connaissance qui n'appartiennent même pas à sa propre époque ou à son propre univers, des choses modernes et précises qu'il sait sans le savoir. Il suffit de lui poser une question et il répondra. Parce que Moi sait tout, et cela, personne ne peut le contester.
Restriction:
Moi a perdu sa mémoire épisodique et ne rappelle plus de son passé, car il n'est plus capable de conserver ses souvenirs. Pis, il oubliera probablement ce qu'il a vécu au cours d'une journée, tout absolument tout… Il ne se rappelle souvent plus des gens, de l'univers, des relations qu'il entretenait avec son voisin hier, son esprit est une toile vierge qui n'accepte que pour un temps qu'on y peigne des souvenirs et pendant la nuit, il oubliera. Il oubliera tout pour recommencer encore et encore.



Détails
Moi est le personnage le plus énigmatique de tout Terra. Il ne se rappelle de rien, vraiment de rien et on ne donnera ici que très peu de détail sur sa vie passée. Moi est né en -47 avant J.-C. et il est parti en -28 de Terre. Il a subi un fort traumatisme qui lui a blanchi entièrement les cheveux. Sa peau est joliment halée et il supporte bien la chaleur. Lorsque l'Incarnation de la mémoire épisodique sera incarné, justement, il est possible qu'il redécouvre ses souvenirs en attendant le staff donnera quelques détails au joueur qui choisira ce prédéfinis ♥

Moi a pris l'habitude de noter tout ce qu'il fait. Absolument tout. Au-dessus de son lit, il a accroché des petites fiches sur lesquelles il a inscrit de nombreuses informations comme le nom qu'il s'est choisi : Moi, son repas préféré : la figue de Barbarie, sa couleur préférée : le noir ainsi que pleins de petits détails le concernant. Il y a une seconde fiche qui lui explique de nouveau chaque jour ce qu'il fait là, qui lui parle de son travail sur Terra et qui lui explique le principe du vœu et de la restriction. Moi aime lire et écrire. S'il sait tout ce qu'il y a à savoir sur Terre et Terra, il n'en reste pas moins curieux des autres. Il aime particulièrement observer les gens et redécouvrir le monde avec légèreté. Moi aime les autres aussi et aimerait pouvoir se rappeler des gens qu'il aime… Pourtant à cause de sa restriction, il est souvent seul. Pourtant Moi note chaque rencontre avec précision et essaie de décrire ce qu'il ressent pour ces autres à chaque fois ! Mais sans doute sont-ils fatigués de devoir répéter jour à après-jour leur prénom. Enfin, Moi s'y est fait et parfois, quand il est assis à son bureau, il se plaît à imaginer ses autres journées, celle que son autre lui a écrit la veille…


Lorsqu'il travaille, il s'installe au Palais, plus précisément dans le troisième dôme, celui consacré à la recherche et reçoit toutes les personnes qui le souhaitent. Ainsi, elles lui posent des questions et il y répond. Après la sieste, il sort au bazar et regarde, le va-et-vient des marchands et des badauds, assis à une terrasse. Jusqu'à la nuit tombée. Il observe la vie des autres, partage de temps à autre une pinte… Le retour est plus difficile parce qu'il a du mal à se rappeler du chemin jusqu'à sa propre maison. Après avoir pris les dernières notes de la journée, il les dispose tout au centre de sa table à côté de figues. Il va s'étendre ensuite dans son lit. Un pincement au cœur. Il lutte pour que le sommeil ne vienne jamais, conscient que c'est un peu immature et que ça arrivera… Et puis, il ferme les yeux une fois de trop. Il s'endort alors, dans un soupir. Et il oublie. 

Et il en est ainsi et en sera ainsi pour toujours.  
indisponible



Titus
Titus est la seule personne qu'il croise tous les jours et qui se fiche de devoir lui répéter chaque jour qui il est. Au contraire, l'Empereur aime parler de lui et Moi aime entendre les autres parler, ce qui fait qu'ils se supportent assez bien tous les deux. Chaque jour et bien sûr différent, mais le fait est qu'il a noté sur sa fiche qu'il appréciait l'Empereur et qu'il était un homme bon. C'est, pour lui, ce qui se rapproche le plus de l'amitié. Et c'est bien le seul ami qui ne lui a pas encore tourné le dos, fatigué de ses pertes de mémoire incessantes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 165
PNJ
Sam 27 Aoû - 5:39
Toi
▪ Feat :Sharrkan – Magi the labyrinth of Magic
▪ Âge du personnage: 19 ans
▪ Groupe :bénis
▪ Jour de départ :En 28 av/jc
▪ Jour d'arrivé : 20e jour
▪ Signe particulier :Ses cheveux sont le résultat du syndrome de la canitie subite.
▪ Métier sur Terra :Marcheur
▪ Guilde: Explorateur
Béni
Toi désirait que tout le monde se souvienne de Moi. Que personne n'oublie jamais son ami. Jamais. Même des siècles et des siècles après. Il voulait se souvenir. Il ne voulait jamais au grand jamais l'oublier lui. Alors c'est ce qu'il a souhaité. Alors il est devenu Toi. Toi qui ne pense qu'à lui. Toi qui se souvient de tout. De ses sourires. Du son de sa voix. Qui se souvient parfaitement de son visage et qui pourrait même le dessiner les yeux fermés. C'est qu'il le connaît par coeur, tellement par coeur que parfois il ne sait plus vraiment qui il est. Si bien que il est devenu Toi.

Restriction: Toi n'arrive plus à se souvenir avec précision de lui-même puisque c'est lui-même qu'il a perdu. À la différence de Moi il peut se souvenir. De tout. Mais pas de lui-même. C'est « Soi » qu'il a perdu, en arrivant sur Terra. Son individualité.



Détails
Toi est le second personnage le plus énigmatique de tout Terra. Il se rappelle de Moi, mais aussi de son passé. Mais tout les détails qui le concernent ont disparu de sa mémoire. Toi est né en -48 avant J.-C. et il est parti en -28 de Terre. Il a subi un fort traumatisme qui lui a blanchi entièrement les cheveux. Sa peau est joliment halée et il supporte bien la chaleur. Toi connaît absolument tout de Moi, mais Moi n'est plus vraiment lui-même. Moi change. Moi est incertain. Moi n'est plus le Moi donc le Toi qu'à connu Toi qui était son plus proche ami. Alors Toi ère. Incertain. C'est qu'il voudrait aider Moi. C'est qu'il voudrait qu'il se rappelle toujours de lui puisque lui-même ne fait que se rappeler de lui avec précision… Mais Toi est déçu. Toi est frustré. Toi ne supporte pas la restriction de Moi. Toi chercher désespérément après  la mémoire de Moi. Alors Toi évite Moi et parcours le désert. À la recherche de la mémoire de Moi. C'est pour ça qu'il est devenu Marcheur. De jour comme de nuit, d'ailleurs. Parce que sa quête l'obsède. Parce qu'il a l'impression que tant qu'il ne l'aura pas retrouvé rien n'ira. Rien de rien. Et parfois il va jusque chez Moi. Pour l'observer. Parce qu'il a son visage. Parce que c'est son ami, aussi. Et puis Toi reprend sa route.
disponible



Moi
Il pensait qu'il n'était plus. Il pensait qu'il ne le verrait plus jamais de sa vie. Plus jamais. Et puis quand il est arrivé à la Perle et qu'il l'a retrouvé il était si heureux ! Si heureux… Mais Moi était différent. Moi ne souvenait même pas de lui. Alors qu'il a souhaitait de tout son cœur que les autres se souviennent ! Il a trouvé cela tellement injuste. Tellement rageant. Alors Toi ne sait pas comment se comporter avec Moi. Il l'évite, mais en même temps il ne peut se résoudre à le laisser. À ne pas l'observer. Même si ça le rend furieux ! Il a déjà essayé de tout lui raconter. Mais Moi oublie. Moi l'oublie lui. Encore et encore. Chaque jour. C'est si éreintant d'exister pour quelqu'un qui ne pourra jamais plus se souvenir de soi… Même lui à oublié… Soi n'existe plus. Il ne reste plus que Toi… Et des iris qui ne pourront plus jamais le regarder comme seul Moi pouvait le faire …  
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Bénis [3/5]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Proposition :: Registre :: Prédéfinis-
Sauter vers: